Loading...
Menu
Ebooks   ➡  Fiction  ➡  Educational  ➡  Christian  ➡  Short stories

Un Infiltré Surdoué, Un Espion parmi les Saints

[]Un Infiltré Surdoué

Séductions, Déboires et Victoires

 

Nouvelle Littéraire Chrétienne

Collection : Vie Glorieuse en Christ

 

Auteur: Achille Bérenger Doungméné

 

Copyrights 2017 Tâ-Shalom Editions, Les livres de la liberté

Distributed by Shakespir

Illustrations: Méli Métino Cédric Gaël

Ce livre est traduit en Anglais sous le titre: Gifted Infiltrator

Editeur : Tâ-Shalom Editions

Code du livre: 0011-TSE-ABD-I-FR-02

Shakespir Edition, License Notes

This eBook is licensed for your personal enjoyment. May God bestow his grace and glory on you as you read!

Mises à jour: 01/08/2017

Autres Nouvelles Littéraires Chrétiennes

Par Achille Bérenger Doungméné chez Shakespir

 

Collection Vie Glorieuse en Christ

 

Provocations Sensuelles

Confessions Troublantes de Georges, Faux Prophète Repentant

Les Dieux Traîtres

Egarements

 

Collection : Foi et Traditions

 

Délires d’Amoureux

Kalba, l’Adolescent Qui Résiste les Dieux

Le Phallus Disputé

Les Esprits Pervers

Embrouilles des Dieux Amoureux

L’Illusion des Bains Rituels

[] Gloire à Jésus, le Bon Berger

« En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui n’entre pas par la porte dans la bergerie, mais qui y monte par ailleurs, est un voleur et un brigand.

Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire ; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance. Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis.»

(Jean 10.1 ; 10-11)

[] Sommaire

Titre du Livre

Dédicace

Résumé

Début de la Nouvelle

Fin de l’histoire

Remarques finales

A propos de cette collection

Mot de l’auteur

D’autres livres du même auteur

Nos Ambitions

Vos Impressions

[] Résumé

Jean est spirituellement piégé par ses collègues mais travaille à côté d’eux sans le moindre soupçon de leur méchanceté. Sa situation s’aggrave, se dégrade et s’empire au point qu’il hallucine et reçoit du secours de l’Invisible. Ne comprenant pas qui vient à son secours, il n’en fait aucun cas cependant. C’est quand Dieu le délivre qu’il découvre le projet de ses collaborateurs. Que fera-t-il ?

[] Début de la nouvelle

― Tu sais, trahir son ami est la pire des décisions qu’un humain puisse prendre, dis-je.

― Ouais ! Malheureusement ! répondit Monsieur Latin. Où vas-tu trouver la fidélité ? Il est maintenant fréquent de voir les intimes amis se trahir sans scrupules. Les temps ont changé et les hypocrites se maquillent mieux.

― Je t’assure ! Dieu est le seul ami qui jamais ne déçoit, dis-je.

― Qui a trahi Jésus ? N’est-ce pas son trésorier ? N’est-ce pas celui qui était tout proche ? Le monde tourne à l’envers et ce sont les traîtres qui sont justifiés, même dans les procès, observa-t-il.

― La traitrise est une maladie grave, répondis-je. Il faut être insensé pour trahir son ami ou son frère car la justice de Dieu tôt ou tard prévaut. Que Dieu délivre Ses enfants des faux amis et des faux frères.

― Amen ! approuva-t-il ! Et je t’assure que la trahison est entrée même dans l’Eglise de Dieu. Jésus doit venir vite car l’heure est grave. Où aller finalement trouver des hommes de confiance ? Hier quand tu avais un frère chrétien devant toi, tu étais en paix à son sujet ; aujourd’hui, beaucoup de loups s’appellent frères en Christ ; que Dieu ait pitié !

― Judas Iscariote qui trahit Jésus était dans l’Eglise ! Alexandre le forgeron qui cause du tort à l’apôtre Paul était dans l’Eglise ! Que Dieu ait vraiment pitié et protège ses enfants, approuvai-je.

Monsieur Latin est notre Directeur Commercial et nous bavardions ainsi à la cantine pendant la pause. Suivez attentivement l’histoire et faites-moi part de vos jugements : peut-on faire confiance en l’homme ?

Au jour même où je causais librement avec Monsieur Latin, ma vie privée était critique. J’étais harcelé de jour comme de nuit et ma vie n’avait rien d’agréable.

Pendant près d’un an, mes nuits avaient été agitées. J’étais à présent anxieux à l’approche du coucher et redoutais la terreur des cauchemars. Mes rêves n’annonçaient rien d’autre que la galère et la mort.

Six mois environs après le début de mes souffrances, une sœur aggrava mes craintes par une révélation qu’elle avait reçue en rêve me concernant. En la matière, sa réputation la précédait. « Ses révélations s’accomplissent toujours, » disait-on à l’église. Elle affirma ce jour-là m’avoir vu en rêve dans une détresse inhumaine. Effrayée, elle dit précisément :

― Frère Jean, dis-moi : qu’est-ce qu’il y a ?  Est-ce que ça va ? Est-ce que tu vas bien ? J’ai fait un rêve grave il y a deux jours déjà et dans ce rêve, je te voyais souffrir terriblement. Ta peine était grande et atroce, et tu rencontrais l’adversité partout ; eh ! Seigneur ! Je prie que le Seigneur vienne à ton secours. 

― Ça va, le Seigneur est fidèle, répondis-je.

Son alerte sonna comme une menace ; comme une annonce de défaite et je m’efforçai de me contenir. Cependant, la pression se fit dans ma pensée et sur mes lèvres. Malgré l’intensité émotive lisible dans son humeur, je refusai d’adhérer à sa renommée. Aussi, voulant évacuer ses menaces, je demandai :

― Qu’est-ce qui vous fait croire que votre rêve vient de Dieu ?

― A-Ah ! Je ne cherche pas à vous effrayer ! Je dis les choses comme je les reçois. C’est à vous d’interroger le Seigneur, expliqua-t-elle.

― Interroger le Seigneur pour quoi ? Jésus-Christ demande de marcher selon Sa Parole et non selon les rêves.

― Que la paix soit avec vous frère. Je ne cherche que la volonté de Dieu. Que ce rêve soit pour vos ennemis et ne soient en rien le reflet d’aucun futur vous concernant. Jésus est fidèle et la Bible déclare que Dieu ne fait rien sans avertir ses enfants.

« Dieu lui-même vous conduira. Si le rêve vient de Lui, Il vous préparera d’avance et vous fortifiera. Dans le cas contraire, ne vous inquiétez pas.

 

― Ne pas m’inquiéter ? Vous savez dans quelle galère je vis depuis des mois et vous parlez de m’inquiéter ? Vous êtes une fausse prophétesse à ce qui me semble. Dieu dit : « Que votre cœur ne se trouble point, » et vous venez de troubler le mien. Il dit de ne point s’inquiéter ; vous venez de semer la crainte en moi. La Parole de Dieu demande à la femme de se taire dans l’Eglise ; il me semble que vous devriez vous taire.

La sœur Linda se mit à trembler suite à mes propos, mais osa encore, cette fois d’une voix troublée :

― Excusez-moi frère, si je vous ai offensé… ; ce n’était pas mon intention…

― Vous êtes excusée, répondis-je, je sais que vous avez une réputation redoutable. Peut-être que je vous aurais compris si vous aviez dit les choses autrement ! Je vous supplie de m’excuser aussi. Que Dieu nous aide.

Je me sentis bien malheureux après cet échange. Son amie avait écouté en silence, sans dire mot. La sœur avait-elle dit juste ou pas ? A cette date là, j’en avais déjà assez. J’avais besoin d’encouragements et non d’assommoirs. Ce jour-là, mon amertume me trahit manifestement, car même si sa révélation était fausse ; je n’avais point besoin de la résister. Surtout qu’elle avait essayé de relativiser : « si le rêve vient de Lui, Il vous préparera d’avance et vous fortifiera, » avait-elle ajouté. Ce qui d’ailleurs ne justifie rien car peut-on relativiser les prophéties de Dieu ? Un prophète parlera-t-il avec des « si » ?

La sœur connaissait ce que je traversais. Des mois avant sa révélation, je luttais déjà dans la prière. J’avais déjà sollicité maintes fois le secours du groupe de prières et je me souviens entre autres avoir demandé pendant une des réunions : « Priez encore pour moi car ça ne va pas. Jusqu’à présent, dans mes rêves, je vois ma chambre comme ouverte, les gens y passent, entrent et sortent librement et je ne comprends pas. Il se pourrait que ces rêves soient anodins pour certains mais ils m’inquiètent. Je ne dors plus bien ; je sursaute régulièrement et mon cœur bat vite à chaque réveil. Je somnole au travail et même maintenant à l’église. » Cette énième demande avait eu lieu deux semaines seulement avant ses révélations.

Son rêve s’est-il accompli ? Je ne puis dire. La détresse vécue par la suite fut intense et douloureuse, certes ; mais elle ne rencontra pas les caractéristiques de la galère annoncée. Ou plutôt, les détails de la vision de la sœur n’étaient pas assez précis pour que je pusse évaluer son accomplissement.

Après le heurt avec la sœur Linda, je préférai m’attacher davantage à la Parole de Dieu. Avant l’incident, la Parole était déjà mon refuge.  Elle seule m’aidait à relever la tête après la laideur des cauchemars. Par Elle, je relativisais les agressions nocturnes et me détachais de la pression des circonstances. Même si je ne comprenais pas encore comment vaincre les cauchemars et les oppressions dans mes sommeils, la Parole de Dieu m’aidait cependant à garder le bon sens et à ne pas céder complètement à la panique.

Dans mes lectures bibliques, je tombais par moments sur les prières de détresse du roi David dans les psaumes ; en d’autres moments sur les souffrances de Job qui dit par exemple : « Quand je dis : mon lit me soulagera, ma couche calmera mes douleurs, c’est alors que tu m’effraies par des songes, que tu m’épouvantes par des visions. Ah ! Je voudrais être étranglé ! Je voudrais la mort plutôt que ces os ! »

Les textes de ces deux serviteurs sont de ceux qui m’aidaient fréquemment à surmonter mes frayeurs et mes doutes. C’est curieux ce que l’homme est fragile ! J’avais tous les jours besoin de les relire afin de ne pas sombrer car tous mes réveils étaient quasi égaux en frayeurs. Tous les jours, je me réveillais terrorisé. Les cauchemars dévastaient mon âme et l’adaptation à la vie réelle était à refaire. Chaque réveil avait ses exigences et mon âme devait tous les jours savoir trouver du recours dans la Parole de Dieu.

Les expériences de David et de Job m’informaient que ce que je vivais était humain. Leurs tribulations vaincues m’annonçaient que Dieu qui les a délivrés saura un jour me donner pleine victoire. Dans mon cas, la lutte contre les frayeurs nocturnes sembla longue et insurmontable.

Trois mois environs après l’alerte de la sœur Linda, ma situation se dégrada et je commençai à être en retard au bureau. Auparavant jovial et fervent d’esprit, j’étais maintenant triste, timide et inquiet. Les oppressions du monde invisible avaient fait du chemin et j’en portais maintenant les séquelles.

Suite à cette dégradation, je commençai à me sentir coupable, coupable de quoi, je ne sais. Dès les premières semaines de ma galère, des voix autorisées m’avaient suggéré de mettre ma vie en ordre. Selon eux, un péché caché ou ignoré était la cause de mon mal. Convaincu comme Job de mon innocence, j’avais rabroué ces suggestions sans hésiter, « Dieu connaît tout, » avais-je fréquemment répondu.

Mais après coup, je n’en pouvais plus. Mon assurance perdit sa fermeté et la résistance de mes troubles me força à l’auto-jugement. Le doute ayant pris le dessus, je me mis à considérer l’alternative du péché caché.

Je scrutai ma conscience pendant des jours. Je jugeai mes actes et mes gestes au travail, à l’église, dans mes relations, dans ma famille. Quel péché avais-je négligé qui bloquait l’intervention de Dieu dans ma détresse ?

Je suivis cette démarche pendant près de dix jours et l’abandonnai. Au cours de l’examen, je ne détectai point de pensée, d’attitude ou de comportement coupable. Le souvenir des enseignements d’un auteur sur la fausse culpabilité me résolut à mettre de côté cette recherche. Selon ses enseignements, la culpabilité qui vient du Saint-Esprit pointe directement sur la faute, car elle envisage la guérison de l’âme. La confession de tel péché produit la guérison immédiate. Par contre, la fausse culpabilité ne vient pas de Dieu et a pour mission de troubler, d’embrouiller, de créer le malaise et la confusion ; ce que Dieu ne saurait faire dans la vie de ses enfants.

Après cet épisode, je recourus à internet pour d’autres voies de solution. Après trois jours de recherche, le Hatha Yoga retint mon attention.

Pour un confort excellent du sommeil, le site suggérait de faire certains exercices gymniques (les yogi les appellent asanas) au quotidien. Ce que j’essayai aussitôt. Les asanas étaient faciles. J’en faisais le matin pendant trente minutes et le soir après le bureau et l’église (les jours où il y avait réunion). A côté de ces exercices physiques, je faisais des exercices de respiration et de relaxation pendant les quinze – vingt minutes qui précédaient le coucher (les yogi les appellent pranayama).

Mes sommeils devinrent agréables pendant les deux premières semaines. Durant la troisième semaine, quelque chose de bizarre se produisit. Non seulement les cauchemars revinrent plus fréquents mais ils étaient plus effrayants. C’étaient des hindous que je voyais, qui me menaçaient. C’étaient des yogis hindous qui me torturaient avec des serpents ; c’étaient des égarements dans des temples bouddhistes.

Suite à cette tournure des cauchemars, je donnai, tout bonnement le sujet de prière comme c’était devenu habituel pour moi, ajoutant cet aspect de changement de contenu des rêves. Un frère intervint immédiatement, avant qu’on n’eût prié :

― Le yoga n’est pas conseillé au chrétien ; c’est une pratique païenne qui s’oppose au salut de Dieu en Jésus-Christ, dit-il.

― Mais comment expliquer le Yoga Chrétien ? demandai-je.

― Bouddha est un faux prophète ; plus exactement un faux Christ. Ses enseignements ne peuvent s’accommoder avec la doctrine chrétienne. La Bible ne parle nulle part de karma comme voie de salut ; ni du besoin d’esprits guides personnels pour nous conduire dans l’élévation spirituelle. Or les guides spirituels sont illimités en nombre dans le yoga, expliqua-t-il.

― Oui, mais il y a le Saint-Esprit chez les chrétiens qui est leur guide aussi ! Il y a les saints et les anges. Il y a bien convergences de vues ! m’efforçai-je de démontrer.

― Je corrige, reprit le frère, un seul est guide des chrétiens. C’est Jésus-Christ. L’Esprit-Saint est l’Esprit du Christ, encore appelé l’Esprit de vérité. Ce seul Esprit habite tous les chrétiens et conduit les chrétiens dans l’obéissance aux enseignements du Christ. Quant aux anges, ils n’exécutent que la volonté du Saint-Esprit ; ni plus, ni moins. Garde-toi du yoga et tu t’en porteras bien frère, exhorta-t-il.

Je ne dis plus mot ; mais mécontent, je l’étais. J’étais choqué et je jugeai les propos du frère extrémistes, voire sectaires. Je le trouvai déphasé ; par contre, je perdis ma paix suite à ses explications.

Je l’interpelai à la fin de la réunion et son témoignage fut plus troublant. Il m’informa qu’il avait pratiqué le Hatha yoga pendant plus de trois ans, jusqu’à l’initiation à la méditation transcendantale. Il avait aussi pratiqué le Tantra yoga. Le frère me donna en peu de temps tant d’arguments que je dus me rendre.

C’est dans cet échange qu’il me révéla que certaines postures du yoga sont des incantations gestuelles ; et que l’initiation à la méditation transcendantale est l’occasion d’inviter un esprit guide à venir s’incorporer dans l’initié. Au cours de son initiation, il avait reçu un nom hindou et c’est avec ce nom qu’il était appelé par ses pairs yogis. Il acheva sa dissuasion en m’informant qu’il dut passer par une séance de délivrance après sa conversion ; exorcisme durant lequel plusieurs démons aux noms hindous avaient été chassés.

A ses explications, je compris que je n’avais pas d’autre choix que de confesser mon égarement et demander pardon à Dieu.

Après m’être réconcilié avec Dieu, ma nuit fut calme et je dormis bien ; il n’en était plus ainsi depuis six semaines environ ! J’interprétai précipitamment ma douce nuit comme un triomphe définitif sur les cauchemars ; peut-être parce qu’elle faisait suite à ma repentance ?

Dans la journée je déjeunai avec Monsieur Latin, le Directeur Commercial. Le répit de la nuit me garda d’évoquer mes peines. Nous nous entretînmes plutôt sur des questions sociales générales. C’est durant cet entretien que nous déplorâmes la duplicité et la méchanceté des hommes ; entretien dont un extrait a été rapporté au début du présent récit.

 

***

Visit: http://www.Shakespir.com/books/view/696678 to purchase this book to continue reading. Show the author you appreciate their work!


Un Infiltré Surdoué, Un Espion parmi les Saints

Jean est spirituellement piégé par ses collègues et travaille à côté d’eux sans le moindre soupçon de ce qu’ils sont réellement. Sa situation s’aggrave, se dégrade et s’empire au point qu’il hallucine et reçoit du secours de l’invisible. Ne comprenant pas qui vient à son secours, il n’en fait aucun cas cependant. Après que Dieu lui accorde la délivrance, il découvre, au détour d’un couloir, quelles étaient les intentions de ses collaborateurs.

  • ISBN: 9781370126040
  • Author: A. B. Doungméné
  • Published: 2017-08-26 09:05:16
  • Words: 10089
Un Infiltré Surdoué, Un Espion parmi les Saints Un Infiltré Surdoué, Un Espion parmi les Saints