Loading...
Menu
Ebooks   ➡  Fiction  ➡  Mystery & detective  ➡  Short Stories

Bienvenue chez Natalie Fontaine

p<>{color:#000;}.

Bienvenue chez Natalie Fontaine

Nouvelle

ELIE HANSON

Le roman que vous vous apprêtez à lire est une pure fiction. Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existées ne serait que le fruit d’un hasard.

© Elie Hanson, 2016

Couverture : Elie Hanson

Première publication : Elie Hanson 1er trimestre 2016

« Comment cela est-il possible? Elle m’a répondu… à moi… Est-ce que j’hallucine? Suis-je devenu fou? »

C’est ce que je me suis demandé quand j’ai ouvert ma boite de courriel, ce matin-là.

Natalie Fontaine était une chanteuse célèbre. C’était le genre de pétard que tout homme ne pouvait espérer rencontrer que dans les rêves ou dans les fantasmes les plus fous.

Je lui avais dit à quel point je la trouvais talentueuse, combien j’admirais son art, comment je la voyais atteindre les sommets artistiques et comment je trouvais ses autres consœurs fades et inexpérimentées. Je lui avais écrit à plusieurs reprises… sans jamais espérer avoir une réponse. De toute manière, je n’avais aucune chance avec les femmes! Depuis le secondaire, puis le cegep… Et qui aurait voulu fréquenter le type maigrichon que j’étais, avec ma face ravagée par l’acné, le nez aquilin et les dents croches… misère!! Alors avec le genre de femme qu’est Natalie Fontaine, oublie ça! C’est comme si chacune des femmes de cette terre lui avait donnée la meilleure partie d’elle. Les yeux d’Aishwarya Rai, la bouche d’Angelina Jolie, les cheveux de Nicole Kidman, les seins de Salma Hayek, les hanches de Jennifer Lopez et j’en passe. Au bout de quelques mois de correspondance à sens unique, je m’étais enhardi et lui avais écrit que je l’avais trouvé élégante et tellement belle, le jour où elle a reçu un trophée à l’ADISQ pour sa dernière chanson « Nous deux ».

Deux jours plus tard, contre toute attente, elle m’a répondu… Oui à moi, elle m’a répondu.

Et si c’était quelqu’un qui me jouait un tour? Un de mes amis qui a créé un compte fictif pour se faire passer pour elle. Non, ce n’est pas possible… Je vois l’historique des deux derniers envois en-dessous de la réponse, car j’avais pris comme habitude de reprendre les trois derniers messages et d’en ajouter un au-dessus pour qu’elle sache que c’est toujours moi… le fou de Natalie comme on m’appelle au travail… Et si c’était quelqu’un de son entourage?! Son assistante? Sa gouvernante?

« Monsieur Denis,

Cela fait presque deux ans que vous me faites parvenir des messages auxquels je ne réponds pas, car j’ai décidé de ne donner suite qu’aux courriels arrivant dans ma boite professionnelle ou à travers celle de mon agent. D’ailleurs, je me suis toujours demandé comment vous avez trouvé mon adresse de courriel personnelle. Je trouve que vous avez un très bon style et une prose qui démontrent une sensibilité et une élégance. Par contre, vous aviez jusqu’à présent une élégance et un savoir vivre… mais j’avoue que votre dernier message diffère des précédents. Serait-ce un accès de courage? De trop d’assurance? De testostérone mal contrôlée?

Ceci dit, c’est à cause de votre dernier message que j’ai décidé de vous répondre, car voyez-vous, le flot de vos paroles à l’eau de rose me plaisaient. J’avoue que dans les premiers mois, je les lisais d’un œil distrait, mais petit à petit, vous avez réussi à susciter un petit je ne sais quoi… Je pense que vos petits messages ont créé une certaine dépendance chez moi… j’attendais de recevoir vos courriels avec impatience… et à chaque fois que j’ouvrais ma boite de messages, tout ce que j’espérais était d’avoir un message de votre part.

Et puis… je me suis tannée. Car vos paroles ne m’apportaient rien de nouveau… C’était comme si je lisais un article écrit par un journaliste à mon endroit ou une nouvelle dont je suis l’héroïne. Qu’aviez-vous de nouveau à dire ? Rien. Quels étaient vos vrais sentiments ? Je l’ignorais. Ceci dit, cela ne m’a pas empêché de vous lire, mais l’œil distrait prit la relève.

Mais hier matin, votre dernier message s’est distingué des autres par une fougue incontrôlée. Un enthousiasme et surtout un aplomb étonnant. Jamais je n’aurais pensé recevoir ce genre de message d’un inconnu. Vos paroles m’ont empêché de trouver le sommeil. J’ai passé la nuit éveillée à ressasser toutes sortes d’idées. Je vous ai imaginé me rendant visite. Je nous ai vus dans les bras l’un de l’autre. Et j’ai compris pourquoi je n’avais accepté aucun homme dans ma vie jusqu’à présent, alors que j’ai dépassé la trentaine…

Denis, rencontrons-nous ! Je suis certaine que vous êtes l’homme de ma vie. »

Elle m’a indiqué son adresse et m’a demandé de passer le soir même, précisant qu’elle m’attendrait. Est-ce que je rêvais ?! Je suis allé prendre une tasse de café. De retour devant l’ordinateur, j’ai vérifié une nouvelle fois. Et non, je n’avais rien imaginé. Tout était vrai !

Mon cœur a commencé à battre comme un tambour. Il n’est que dix heures du matin et le rendez-vous est à dix-huit heures. Encore huit heures à patienter…

J’ai décidé de sortir. Je ne pourrais pas rester la journée à attendre. Je suis allé chez le coiffeur pour faire rafraichir ma coupe. Ensuite, j’ai acheté une chemise en lin de couleur neutre. La vendeuse m’a conseillé d’acheter un pantalon décontracté pour l’agencer à la chemise. Et que faire avec mes souliers ? Elle m’a recommandé une paire de mocassins en toile très à la mode. Résultat des courses : 400 $ ! Une aubaine puisque le magasin faisait 40 % sur tous les articles… Mais, on ne rencontre pas Natalie Fontaine tous les jours ! On dit que la première impression compte… surtout les dix premières secondes. J’ai besoin de faire bonne impression… Déjà que la nature ne m’a pas avantagé. Autant essayer de gagner des points avec la tenue vestimentaire. De plus, j’ai la chance de connaitre les goûts de Natalie, comme si je la fréquentais depuis des années. Je suis convaincu que si elle était fiancée ou mariée, j’en saurais autant sur elle que l’heureux élu qui vit avec elle.

Ensuite, je suis allé manger au restaurant. J’ai commandé une omelette à l’espagnole comme je les aime. Impossible d’avaler plus de trois bouchées ! Rien ne descendait… Mais c’était normal, on ne rencontrait pas Natalie Fontaine tous les jours ! J’ai ingurgité mon café d’un seul trait, j’ai payé la note et je me suis dirigé vers mon appartement… Il ne me restait que trois heures avant le rendez-vous !

Je me suis rasé et j’ai pris un bain pour me détendre. J’ai commencé à rêvasser. Comment serait-elle habillée ? La robe rouge qu’elle avait lors du gala de l’ADISQ ? Très sexy pour une première rencontre… L’ensemble bleu qui mettait son corps en valeur et lui donnait un look bon chic bon genre ? Elle ne sera pas à l’aise… quoi que j’imagine qu’elle me recevrait dans sa salle de séjour où elle a tourné l’émission « Un souper avec… ». Oui, on sera à l’aise sur son canapé blanc. Qu’allons-nous faire, mis à part de discuter ? Boire un verre ? Manger de petites bouchées ? Oserais-je l’embrasser ?

Le bain fini, je me suis séché. J’ai mis un bon parfum. J’ai enfilé mes nouveaux habits. Un coup d’œil dans le miroir me confirmait que la vendeuse avait du goût et que surtout les 400 $ était un bon investissent. On ne rencontre pas Natalie Fontaine tous les jours !

Je suis descendu pour acheter un petit bouquet de fleurs exotiques, comme les aime Natalie.

J’ai arrêté un taxi et je lui ai donné l’adresse. Le chauffeur était sympathique et essayait d’ouvrir la discussion en posant différentes questions : « À voir comment vous êtes habillé et avec votre bouquet, vous allez rencontrer une belle demoiselle ! » Je répondais vaguement, essayant de me concentrer et de garder mon calme. Une vingtaine de minutes plus tard, j’étais en bas de son immeuble. Il restait encore dix minutes avant le rendez-vous. J’ai fait les cent pas… puis l’heure a sonné.

J’ai pris mon courage à deux mains et j’ai appuyé sur le bouton indiquant le numéro de son condo. Elle m’a répondu qu’elle habitait au quatorzième étage. La porte d’entrée s’est déclenchée et j’ai pris l’ascenseur. Quelques secondes plus tard, j’étais devant sa porte. Elle a ouvert, et elle était là, portant un jeans et un polo moulant rouge. J’étais aux anges ! Bizarrement, ce look lui donnait l’air d’avoir à peine vingt ans.

Je lui ai présenté le bouquet, elle m’a fait entrer. Elle m’a offert de m’assoir sur le canapé et m’a dit de me mettre à l’aise.

Que voulez-vous boire ? a-t-elle demandé.

Ce que vous buvez d’habitude, un Bloody Mary

Elle m’a fait un clin d’œil et s’est absentée deux minutes puis est revenue avec deux verres remplis de liquide transparent et de glaçons.

Elle s’est assise à mes côtés et a déposé les verres sur la petite table. Je l’ai fixée du regard. Ses cheveux étaient ramassés en chignon sur le dessus de sa tête. Ses yeux étaient différents. Ce n’étaient plus ceux d’Aishwarya Rai, mais de David Bowie.

Elle s’est approchée de moi. Je l’ai interrogée du regard. J’étais presque hypnotisé par l’ambiance, son parfum capiteux, sa présence à quelques centimètres de mon corps frémissant. Elle a passé sa langue sur ses lèvres charnues, puis à travers deux rangées de perles bien disposées. Elle s’est penchée et m’a embrassé. Je trouvais qu’elle grillait les étapes… mais je me considérais chanceux. Ses lèvres pulpeuses sont descendues vers mon cou. Et la bouche d’Angelina Jolie s’est entrouverte… J’ai senti une petite douleur. Puis, plus rien. Je… Je flottais dans les airs et je l’entendais me dire d’une voix venant d’outre-tombe : « Bienvenue chéri ! » Et c’est à ce moment que je la vis remplir son verre de vodka avec mon sang…

On ne rencontrait pas tous les jours quelqu’un comme Natalie Fontaine…


Bienvenue chez Natalie Fontaine

  • ISBN: 9781310989414
  • Author: Elie Hanson
  • Published: 2016-02-03 04:40:07
  • Words: 1623
Bienvenue chez Natalie Fontaine Bienvenue chez Natalie Fontaine